Rechercher

HERPES LABIAL: COMMENT LUTTER NATURELLEMENT CONTRE LE BOUTON DE FIEVRE?

Le mot « herpès » vient du Grec et signifierait : « ramper comme un serpent ». Cela lui va comme un gant, car ce virus est effectivement assez sournois: une fois contracté, il reste définitivement présent, tapis dans l’ombre, en guettant la moindre opportunité pour ressurgir et donner naissance au disgracieux « bouton de fièvre ».

Comment est-ce que cela fonctionne et quelles sont les solutions pour y faire face?

l’Herpès labial est une infection virale transmise par le virus Herpes simples de type 1 (HSV1) qui touche essentiellement le haut du corps (la bouche, voir parfois les yeux, les oreilles ou les doigts). A ne pas confondre avec le virus HSV2, qui lui touchera les zones génitales.


Comment fonctionne le virus de l’Herpès?


Il y a d’abord ce que l’on appelle la Primo Infection: Cela correspond au moment où le virus pénètre pour la première fois dans l’organisme, lors de la première contamination.


Ensuite, une fois introduit, le virus s’installe dans un ganglion, où il y restera à vie, sans aucune possibilité de s’en débarrasser: c’est ce qu’on appelle la phase de latence.


S’ensuivront des épisodes de poussées où le virus sortira de son hibernation: il quittera le ganglion pour revenir à chaque fois sur la même zone et se multiplier. Picotements, démangeaisons, brûlures…laissent ensuite place à l’apparition de minuscules vésicules (le bouton de fièvre) qui finira en une croûte pas très esthétique…

L’épisode viral durera entre 5 et 15 jours, durant laquelle la contagion est extrêmement forte et nécessite une certaine prévention vis à vis de son entourage (pas de bisous, de bises, de partage de verre, de serviettes de toilette, lavage des mains systématiques etc…)


Chez un tiers des personnes environ, le virus se déclare de façon répétitive, à intervalles irréguliers (de quelques fois par mois à 2-3 fois par an). Chez d’autres, le virus demeure muet. Nous ne sommes malheureusement pas tous égaux!

"C'est tout l’intérêt de la Naturopathie, qui en plus de traiter naturellement le bouton lors de sa sortie, va surtout permettre de travailler le terrain pour limiter sa récidive!"


Favoriser le terrain pour limiter les rechutes


A bien y regarder, le bouton de fièvre pourrait s’apparenter à un gyrophare qui donnerait l’alerte lorsque l’organisme ne serait pas dans ses meilleures jours. Car c’est surtout lorsque le système immunitaire est en berne que le virus a le champs libre pour ressurgir…


Fatigue, convalescence, période de stress ou émotions contrariées, règles, changements hormonaux, infections, fièvre, mauvaise alimentation, froid, ou même tout simplement sècheresse des lèvres: dès que le terrain s’affaiblit, le contexte est propice à son retour.


1-Bichonner son Système immunitaire pour museler le virus

=> Alimentation, activité physique, sommeil de qualité, gestion des émotions et de l’anxiété…seront bien sûr les premiers points à travailler.

=> S’assurer qu’il n’y a pas de manque comme le Fer, le Zinc ou la Vitamine D, qui sont indispensables pour le bon fonctionnement du Système Immunitaire

=> Chouchouter ses intestins, qui hébergent 70% des cellules immunitaires, ou encore le foie

=> D’autres outils naturels pourront aider comme l’échinacée, qui est une plante aux propriétés anti-virales et immuno-stimulante, ou encore l’huile essentielle de Ravintsara pour soutenir l’immunité.


2-Réduire la consommation d’Arginine, nécessaire à la réplication virale de l’Herpès


Le virus de l’Herpès a besoin d’un acide aminé pour se développer et se reproduire: l’arginine. Cet acide aminé n’est pas produit par le corps, c’est donc nous qui lui en apportons par la nourriture. On le retrouve dans le chocolat noir, les fruits secs et notamment l’arachide, les noix et les graines. On en retrouve aussi dans le blé, mais en quantité moindre. Ces aliments favorisent donc la multiplication du virus de l’herpès. Il est alors préférable de limiter leur ingestion lorsqu’on est sur une période à risque.

A contrario, on peut privilégier les aliments contenant de la lysine! La lysine est aussi un acide aminé apporté par la nourriture, mais que l’on va trouver dans la viande, le poisson, les oeufs, le soja ou encore les légumes secs.

Pourquoi le privilégier? Parce que la lysine est en concurrence avec l’arginine! Cela permet de réduire encore l’assimilation de l’arginine pour priver le virus de sa nourriture et compromettre sa multiplication.

Il est d’ailleurs possible de prendre de la lysine sous forme de gélules en traitement de fond!


Agir localement lorsque le bouton de fièvre se fait sentir


De nombreux outils naturels peuvent aider à limiter les dégâts:

1-Appliquer dès les sensations de picotements des glaçons pour ralentir le processus viral.


2-Les huiles essentielles de Tea Tree, de Niaouli et de Ravintsara sont très intéressantes par leurs actions anti-virales et immuno-stimulantes!

Vous pouvez les utiliser seules ou en synergie*, et les diluer avec une huile végétale en cas de peau sensible.

L’huile essentielle de lavande fine sera ensuite intéressante pour aider à la cicatrisation.


3-La propolis (notamment en forme de crème pour une application locale) est également intéressante puisque c’est un anti-viral puissant.


4-L’Homeopathie peut aussi être utile: si les effets sont moins rapides, elle aide à raccourcir les poussées à condition qu’elle soit prise dès les premiers symptômes.


5- Et si vous n’avez rien sous la main, en cas d’apparition des premiers signes, pensez aux remèdes de grand-mère comme le cidre de vinaigre (de préférence Bio)! Tamponner généreusement la zone infectée plusieurs fois par jour.


Pour résumer, le virus de l’herpès est un véritable opportuniste, qui n‘hésite pas à profiter de votre faiblesse pour sortir du bois et s’activer. C’est aussi le signal que votre immunité n’est pas au beau fixe et que c’est le moment de prendre soin de soi!

Pour plus de détails sur les protocoles de soin et de prévention, n’hésitez pas à me contacter!


* S'adresser à un professionnel pour les dosages. Ne pas utiliser sur les femmes enceintes ou les enfants de moins de 6 ans. Ne pas arrêter les prescriptions médicales. Ces conseils n'ont pas vocation à remplacer un avis médical ou une prescription.

63 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout